Mme Hélène Ouédraogo, experte à la Direction de la Nutrition du Burkina-Faso

« A partir de 6 mois, l’enfant peut manger d’autres aliments que le lait maternel. Il faut ajouter des fruits et des légumes, et aussi ajouter d’autres aliments comme les céréales, les produits laitiers, la viande, le poisson, etc. sans oublier les bouillies fortifiées. Il faut aussi diminuer la dose de sucre car trop de sucre n’est pas bon pour les enfants. »

« Ce n’est pas ce qui vient de l’extérieur qui fait la bonne alimentation ; mais il faut reconnaitre que c’est en utilisant nos produits locaux qu’on peut bien nourrir nos enfants, comme les fruits et les produits forestiers non ligneux par exemple. Nos produits locaux sont plus intéressants que les produits qui sont importés. Nous pouvons utiliser nos produits locaux et fabriquer des farines infantiles fortifiées ; et donner à nos enfants ; nos enfants sont prioritaires, ils sont besoin de plus d’éléments nutritifs pour assurer leur bonne croissance et le développement de leur cerveau et éviter de tomber dans la malnutrition ».

« Pour prévenir la malnutrition chez les enfants, il faut surtout respecter les pratiques d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant qui sont recommandées, il y a l’allaitement maternel exclusif de 0 à 6 mois et l’introduction de l’alimentation de complément à partir de 6 mois, la poursuite de l’allaitement maternel jusqu’aux 2 ans de l’enfant et plus ; car l’alimentation est vraiment déterminante dans l’état nutritionnel de nos enfants, et par ricochet, sur l’état de santé de nos enfants, ce qui va permettre de réduire la mortalité et la morbidité chez les enfants ».

Source : émission radio interactive sur Oméga du 24 mai 2022, Burkina-Faso

Retrouvez l’intégralité de l’émission radio ici.